Projets et programmes de Recherche & Développement

Nous présentons ci-dessous des exemples de projets de Recherche & Développement réalisés ces dernières années.

Classe inversée pilote en Algèbre Linéaire

Malgré les résultats favorable de la recherche sur les formats classe inversée et classe interactive, de nombreux enseignants et écoles tardent à adopter ces approches pédagogiques, souvent considérées comme radicalement éloignées des cultures et des pratiques locales. Les objectifs de ce projet sont d’explorer les problématiques liées à la mise en œuvre d’une classe inversée dans le cas de grands groupes d’étudiants et d’évaluer l’impact d’une telle approche sur les approches et les comportements d’apprentissage des étudiants.

Vous trouverez plus d’informations ici.

Le programme ‘Smart Learning Space’

Chaque année, jusqu’à 60 étudiant-e-s du cours de master « How People Learn » (cours offert dans le cadre du programme de Sciences Humaines et Sociales) réalisent des projets de recherche sur des aspects spécifiques de l’enseignement et de l’apprentissage des sciences ou de l’ingénierie. Ces projets sont conçus pour fournir des informations utiles à l’EPFL, aux enseignant-e-s ou aux sections. Ce programme de recherche transforme en quelque sorte l’école en un laboratoire dans lequel les étudiant-e-s apprennent à mener des projets de recherche en sciences humaines et sociales au service de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, faisant de l’EPFL un « smart learning space ».

Des exemples de projets et leurs résultats sont présentés ici.

Evaluation de l’approche « Activating Student Knowledge (ASK) »

Faire cours est la méthode d’enseignement la plus répandue dans l’enseignement supérieur. Beaucoup d’enseignant-e-s sont en fait réticents à abandonner le cours magistral traditionel malgré la litérature existante sur la valeur de l’apprentissage actif. Ce projet a évalué une méthode appelée « Activating Student Knowledge (ASK) » qui peut être intégrée très facilement dans les cours magistraux classiques. Dans cette méthode, l’étudiant-e est amené-e à se rappeler des connaissances antérieures importantes au début du cours. Cette méthode est facile à utiliser et les tests initiaux indiquent qu’elle a un impact significatif et positif sur l’apprentissage des étudiant-e-s en cours magistral.

Nous avons présentés les résultats de ce projet lors des conférences International Consortium for Educational Development Conference 2014 (Stockholm) et World Conference on Educational Sciences Conference 2015 (Athènes)

Evaluation de l’impact du cours « Enjeux Mondiaux »

Le cours « Enjeux Mondiaux » a été introduit en 2013-14 dans le cursus obligatoire de tous les étudiant-e-s de première année à l’EPFL. Ce cours hautement innovant est donné par des binômes d’enseignant-e-s, l’un-e deux étant expert des sciences naturelles et de l’ingénierie et l’autre expert des sciences humaines et sociales. Les étudiant-e-s doivent également travailler en équipes interdisciplinaires.

A la demande des coordinateurs et des enseignant-e-s du cours, nous avons réalisé une évaluation de la progression des étudiant-e-s sur deux plans : leur raisonnement moral et leur attitude par rapport au travail en équipes interdisciplinaires. Pour ce projet, deux tests psychométriques reconnus internationalement (les tests « Engineering and Science Issues Tests » et « Readiness for Interprofessional Learning Scale ») ont été administrés sur une population d’environ 1700 étudiant-e-s et analysés. Ce projet est l’une des plus importantes études sur le raisonnement moral des étudiants publiée ces vingt dernières années.

Vous trouverez plus de détails ici.

Formation pédagogique des assistants doctorants

Les assistant-e-s doctorant-e-s jouent un rôle important et croissant dans l’enseignement supérieur en sciences et ingénierie. Mais enseigner n’étant pas leur principale responsabilité, ils ont souvent peu de temps à consacrer à leur formation pédagogique et privilégient donc souvent des formations courtes. D’autre part, la formation pédagogique offerte dans certaines universités n’est pas spécifiquement conçue pour l’enseignement des sciences et de l’ingénierie. Bien que ces formations soient néamoins appréciées des assistant-e-s doctorant-e-s, ceux-ci ont plus de difficultés à appliquer ce qu’ils ont appris dans l’enseignement de leurs propres disciplines. Ces deux facteurs combinés amènent les assistant-e-s doctorant-e-s à reproduire des méthodes pédagogiques qu’ils ont eux-même connues en tant qu’étudiant-e-s plutôt qu’à utiliser des méthodes pédagogiques basées sur les résultats de la recherche et adaptées spécifiquement aux domaines des sciences et de l’ingénierie.

Partant de ce constat, nous avons développé une formation pédagogique courte (une journée), basée sur les résultats les plus récents de la recherche et spécialement dédiée aux assistant-e-s doctorant-e-s impliqué-e-s dans l’enseignement des sciences et de l’ingénierie. Dans ce projet de recherche, nous avons documenté et évalué cette formation innovante, appelée « Teaching Toolkit »